Monday, 31 August 2020

FEUILLE DE ROUTE, AOUT 2020





BEYROUTH EXPLOSION DU 4 AOUT 2020, 18h  




Nous avons beau succomber sous les gravats, nous ne serons pas apprivoisés. Ni apprivoisés, ni serviles, ni monolithiques. C’est là notre différence, notre continuité…Il nous reste à nous instituer, au sens de nous produire ou continuer à nous produire dans ce qui a fait notre satisfaction et dont nous avons été volés, sans bien sûr oublier notre participation plus ou moins consciente  à l’escroquerie.
Des jours noirs nous attendent, meurtriers même, nous en avons vu les présages. Beaucoup  des nôtres, les jeunes surtout, quittent et quitteront. Nous refuserons, comme le Socrate du Lachès parlant de ceux qui sortent du rang des colonnes pour porter ailleurs le combat,  de leur refuser  la vertu du courage : nous savons qu’ils nous rejoindront par mille biais.
Des rapaces et des incapables, maniant avec dextérité  les deux crimes, ne sachant que leurs intérêts, ont distribué à leurs partisans, après prélèvement d’une copieuse quote-part, les mannes d’un Etat dont ils ne se soucient guère, mais qui reste la principale source de leur pouvoir. Leur pillage, pour être agréé par le système communautaire, se  multiplie par 3, 4,  6 ou 8. On a beaucoup décrit le mécanisme. Il continue à fonctionner. Les critiques, le krach ne font rien. L’infâme banquet se prolonge sur fond de cataclysmes.
Dans ce qui suit, au milieu d’une surabondance de propositions, nous exposons une feuille de route composée de trois points. Elle reflète de nombreux  assentiments sans prétendre à l’unanimité. Elle appuie sur les difficultés que trouve le soulèvement à s’unir et à triompher : tâches épineuses et fascinantes. Elle dégage un acte de foi dans le Liban face à ces idéologies hargneuses de gauche et de droite plus habiles à diffuser leur ressentiment qu’à chercher des ouvertures sociétales, et face à des bégaiements jetés en pâture par des mouvements politiques et/ou communautaires aux plus fanatiques de leurs adeptes.
        

Le premier point qui s’impose, c’est que le renouveau ne peut naître  que du mouvement populaire qui se développe à partir du 17 octobre 2019 et ne se cache que pour réapparaître. En sa teneur négative, il dénonce  la classe politique dans  son ensemble par le slogan le plus tenace: « Tous, c’est tous ! »  Face à lui, Celle-ci, plus que jamais infatuée d’elle-même,  ne renonce à aucun de ses privilèges, persévère dans son incompétence et ses pratiques de brigandage. Elle n’augmente que la dose de sa prêche hypocrite, ne trouve comme moyen à son service que l’animosité et la division communautaires, méconnaît les exigences de l’Etat de droit, voire de l’Etat tout court. Le mouvement populaire a montré son attachement à l’unité du pays et à son indépendance, son appui vigoureux  à ce qui fait sa substance : les libertés,  le vivre en commun, la fraternité à l’intérieur des frontières…Il est d’autant plus arrimé à l’égalité citoyenne que les notables le sont aux clivages et aux divisions. S’il est donc pragmatique que les chefs d’Etat les mieux intentionnés à l’égard du Liban cherchent un modus vivendi entre les représentants des bandes, ils doivent savoir qu’aucune réforme profonde n’en sortira.
Ce qui précède accroît les responsabilités du mouvement populaire et de ses avant gardes dans la quête du renouveau.  Jusqu’à présent la créativité des Libanais s’arrête au seuil du politique,  soit qu’ils font preuve de  fidélité inconditionnelle à leurs Zaïms (« Pourquoi, s’interroge pertinemment l’un d’eux,  tiennent-ils plus aux enfants de leurs chefs qu’aux  leurs propres ? ») soit que leurs meneurs se soient donné la facilité de solutions formelles, démagogiques, inadéquates, iniques (laïcité jacobine inapplicable, Liban circonscription électorale unique …)
L’unanimité ne manque pas autour de quelques principes fondamentaux : « Le peuple est la source des pouvoirs et le détenteur de la souveraineté » (Préambule de la Constitution) ; la discrimination communautaire source d’inégalités, répressive de libertés personnelles et politiques, principale source de corruption et d’Etat failli et soumis doit être abolie ; une loi électorale équitable (assortie d’un contrôle des armes, finances et information) est le point de passage de toute reconstruction du pays et de tout renaissance. Mais le nouvel imaginaire radical doit tenir compte des réalités du pays, des régions, des communautés, bref du pluralisme caractéristique et équilibré du Liban. La tâche n’est pas facile. Une décentralisation régionale élargie et des référendums à double majorité, nationale et locale,  viendraient à point pour consolider les nouvelles institutions.
   Si les réformes politiques sont au centre de notre exposé et forment notre deuxième point capital, la condition pour y parvenir (le 3ème de la feuille) est une révolution individuelle : l’accord des collèges nés du soulèvement et incapables jusqu’à présent d’unifier leur vision et leur action. Il faut aller au-delà des mégalomanies, des narcissismes (plus proches, comme on l’a dit, de la haine que de l’amour de soi), des visions partielles, des esprits de clan…Le chemin est ardu, il ne mettra jamais fin aux contradictions, aux discussions, aux interrogations, aux doutes, à la pensée critique.

Notre pays sera, comme toute société moderne, une société fragile et sereine avec des modèles universels incertains. Mais c’est le prix à payer par la liberté et l’indépendance, pour l’égalité, la justice, la créativité et le bien vivre.

Publié in numero special L'ORIENT LITTERAIRE, septembre 2020     

بطاقة بريديّة من زحلة صيف 2020

بطاقة بريديّة من زحلة صيف 2020



الصورة للدكتور ريمون خزاقة

ينظر اللبنانيّون إلى زحلة بالكثير من الإعجاب وبشيءٍ من الغيرة. فهي، إلى مزاياها المعروفة، مدينة الشعر وموئل الحرية وواحة النُزهات والمقاهي والملاهي. هي مدينةٌ تنعم بكهرباء دائمة ومياهٍ متوافرة ونظافة قليلة الكلفة نسبيّاً. لكن أهالي زحلة مستاؤون من الأوضاع العامة الاقتصادية والسياسية، ولذلك تعاطفوا بغالبيتهم مع انتفاضة 17 تشرين 2019 ضد الفساد والهدر والعجز، وأمِلوا بسقوط الطبقة الحاكمة وبقيام حكومة قادرة على التغيير، وبتصحيح التمثيل السياسيّ. نزل الزحليّون بزخم في الأيام الأولى للانتفاضة، فتظاهر تلامذة المدارس، وتجمع المحامون أمام قصر العدل، ودعا الأطباء إلى مسيرة من مستشفى قريب إلى بناية المنارة. سلك المحتجّون في الشارع الرئيسي مُنادين بشعارات الثورة هاتفين بها، وتوسَّعوا في حراكهم وصولاً إلى مستديرة المدينة الخارجية (على أوتستراد شتورة بعلبك) حيث وافاهم أهالي بلدات شمال القضاء وجنوبه، أي مواطنون من مختلف الانتماءات السياسيّة والمذهبيّة. نصب بعض الناشطين والجماعات المنظَّمة من المنتفضين خيماً وأكشاكاً حول الساحة، لكن عندما عبَّر حزب الله وحلفاؤه عن استيائهم من انقطاع طريق بيروت بعلبك، ووُجِه هؤلاء المنتفضون بوحشيَّة من القوى المسلحة وأقتُلعت الخيام وهُدمت الأكشاك. أرخى حزب الله بظلاله على الأحداث ولقيَتْ بعض تصريحاته الاستفزازية ردودًا لا تقل عنها عنفًا،  لذا بقي التحفظُ سيدَ الموقف.
تردّد الكثير من الشباب الزحلي إلى بيروت للمشاركة في أيامها الاحتجاجيّة المفصليّة، فساروا في ساحة الشهداء وعلى جسر الرينغ... لم يفوّتوا فرصة محاصرة المجلس النيابي من الاتجاهات كافة منخرطين في صفوف حركة الثورة الرافضة. أما مواقع التواصل الاجتماعيّ فكان الكثير من  الزحليّين مجلّين فيها، وجادلوا أحياناً سكان مدينتهم من أنصار العهد العوني (الذين تظاهروا بدورهم) بسخرية لاذعة، مطلّين على شباب لبنان بأسره، بانين صداقات فايسبوكيّة متعددة المشارب والهويات.
     لم يكن جديدًا على الزحليين اعتماد الشعائر الوطنية اللبنانية والمجاهرة بها، فالعلم اللبناني بيرقهم الوحيد، والنشيد الوطني موضع إجلالهم، والاحتفال بعيد الاستقلال محطة سنوية تضاهي الأعياد الدينية المسيحية. لكن حذرهم من الأحزاب السياسية، العقائدية منها وغير العقائدية، وتلكؤهم عن المشاركة الفاعلة في التحركات الثورية لازمهم إلى حد بعيد. وقد طغى الطابع الشبابيّ بسرعة على الطابع الشعبيّ، كما أنّ حزب "القوات اللبنانية"، أكثر التنظيمات انتشارًا في الأحياء على ما يقال، رفد التحرّك العام بعناصره بدون الإعلان عن ذلك وبدون بروز أي من مسؤوليه على مسرح الأحداث، علمًا أنّ محازبيه عبّروا عن استيائهم من شعار "كلن يعني كلن" بطريقة صريحة لا لبس فيها. كما أنّ الثوّار طردوا في أيام الحراك الأولى مرشحةً تقليدية ومؤيّديها من إحدى المظاهرات مشهّرين بانتهازية خطوتها.
*****
بعد الانكماش الكبير في أعوام الحرب (1975-1990) عرفت زحلة عمرانًا كبيرًا في أعاليها والسهل واكتظّت بالأبنية الحديثة والفيلّات الفخمة، وتوسّع فيها القطاع الصناعي خصوصًا بعد أن ضُمَّت إداريّاً إلى بلديّتها منطقة تعنايل التي تكثر فيها المعامل والمصانع. وتحقّقت الانجازات في القطاع السياحيّ (فنادق، صالات سينما، مقاهٍ...)، لكن الركود الاقتصادي عاد ولازم المدينة طويلًا قبل الانتفاضة، إذ فقدت جزءًا كبيرًا من مناطق محافظة البقاع التي كانت تابعة لها إداريّاً لصالح محافظة بعلبك-الهرمل المُستحدَثة، وخسر الزَّحليّون مواقعهم المُمَيَّزة في دوائر زحلة الحكومية، ثمّ إنّه بات للمحلات التجاريّة ما يماثلها، وللمصارف فروعها، في البلدات المجاورة، ناهيك عن مزاحمة أسواق بيروت القريبة والشديدة الإغراء. وصحيح أنّه بقي لمدارسها ومستشفياتها سمعتها وألقها إلا أنّها لم تعد الوحيدة في المنطقة ولا هي الأفضل تجهيزًا دومًا. وأخيرًا لم يعد الكثير من الزحليّين يفدون إلى مدينتهم إلا بشكل مؤقَّت أو عابر، صيفاً وفي المناسبات. يُضاف كلّ هذا طبعاً إلى الانعكاس الهائل للتراجع الاقتصاديّ العام في البلاد كافة على النشاط الاقتصاديّ المحليّ.
على الصعيد السياسي شهدت المدينة أزمة قيادة عميقة الأبعاد، إذ إنّ الروم الكاثوليك، وهم أصحاب الغالبيّة والموقع الرمزيّ والتاريخيّ  الأبرز في زحلة، "عاصمة الكَثْلَكة" في الشرق، فقدوا المقعدَيْن النيابيَّيْن الإثنين في دائرتها الانتخابيّة  في انتخابات العام 2018، وذلك لصالح بلدات أقلّ حجمًا من حيث العدد (الفائز بالمقعد الأوّل هو من بلدة رياق وينتمي إلى كتلة القوات اللبنانيّة، والفائز الثاني هو صناعيّ من بلدة الفرزل). وهنا لا بدّ من التذكير بأنّه كان للزعامة الزحليّة الكاثوليكيّة، بثنائيّتها أو بفردانيّتها، أرجحيّة دائمة في منطقة البقاع الأوسط وذلك من زمن المتصرفيّة إلى مرحلة الاستقلال مرورًا بفترة الانتداب الفرنسي. وهذه الزعامة هي التي كانت تقود المعارك الانتخابية وتشكّل اللوائح، وهي التي كانت تؤمّن خدمات الدولة لناخبي الدائرة. وفي زمن الحرب وإبّان الوجود السوري، تشكّل مجلس من أساقفة المدينة (الروم الكاثوليك، الموارنة، الروم الأورثوذوكس، السِّرْيان الأورثوذوكس) ولعب دورًا كبيرًا على الصعيد السياسي والخدماتي، لكنه فقَدَ اليوم الكثير من دوره هذا بسبب خلاف أحد الأساقفة مع الكثير من أبناء طائفته.
*****

                  
أَيَّدت زحلة الانتفاضة، لكنها لم تنفتح انفتاحًا كلّيًا على جيرانها بالرغم من المآزق  الاقتصادية المشتركة بين الجميع، ومن عمق الأزمة الحياتيّة، ومن التقارُب المُفتَرض بين أهداف وتطلّعات سائر الفئات والأطراف. سَعَتْ إلى ذلك لكنها لم تستطع الخروج من تقوقعٍ وفوقيةٍ وأعرافٍ تقليدية لازمَتْ معظم أهاليها. هي لم تتوصَّل إلى إنتاج شعارات خاصّة بها تلائم موقعها وتطرح إجاباتٍ وحلولاً لأزماتها المستعصية. لم يبتدع شبابها تنظيمات بمستوى الأحداث الجِسام ولم تتوحَّد نخبها في أطر جديدة مبتكرة، وبالتالي لم تتولَّد من حركتها ورفضها قياداتٌ جديدة لها أفكارها وطروحاتها فظلت الانتفاضة تستقدِم المحاورين والخطباء من خارج، فتوافد للنقاش مقرَّبون من القوات اللبنانيّة وأحد مؤسّسي الكتلة الوطنية الجديدة، وهو من أصل زحليّ... حاولت نخبة خارجة على الأحزاب المسيحيّة التقليديّة القيام بمبادرات جديدة لكنها عادت وانكفأت بالرغم من حسن نواياها وجدية مساعيها. ولم تتمكّن الهيئات القائمة من وضع إطار عام يندمج فيه الشباب الجامعي ويتوحَّد عبره رفاقٌ آتون من أفاق سياسيّة يساريّة ومحافظة يسعون جميعاً للخروج من آفات النظام ومن هول ما أدى إليه.
شارك في تجمعات ساحة زحلة الخارجيّة أعداد كبيرة من شباب البلدات المجاورة، السنّية منها خصوصًا، حتى زَعَمَ كثرٌ أنهم شكلوا فيها الغالبية. أما "ثوّارها" فقد ظلّ حضورهم في احتجاجات البلدات القريبة ضعيفًاً، كما بقيت مساهمات منتفضيها الواسعة في مظاهرات العاصمة فرديّة، فلا تقع فيها على مجموعات حضرتْ جماعاتٍ معاً بل على مثقفين ومواطنين فرادى أو أصدقاء هالهم الفساد المستشري وإفلاس الدولة والزبائنيّة والقمع، فأرادوا التعبير عن غضبهم وآمالهم والمُشاركة في الحراك الثوريّ العام.
لم تتخلَ  المدينة عن أفقها السياسي المحافظ. لكنّها بقيتْ تفتخر بشعاراتها وقيمها الوطنية وزادها اقتناعًا بها انضمامُ المناطق والطوائف كافة إلى السير بهذه الشعارات والدفاع عنها. رأت في الثورة مجالًا لتخطّي الحواجز الطائفية والذهاب إلى لبنان أقوى وأشدّ عافية. انزعجت من قطع الطرقات غير المدروس وغير المبرمج في مَكْسَة وجلالا وسعدنايل... استقلال لبنان هو في طليعة هواجسها، تليه الهموم المعيشية والتخلص من الشِّلّة الحاكمة الفاسدة والمُستتْبَعة الخاضعة. لكن المجهود لبلوغ الأهداف بقي دون جذريَّة هذه الأهداف، ودون حاجتها إلى الابداع في مجالَيْ الفكر والتنظيم، ودون رسم الاستراتيجِيّات المفيدة، ودون التضحيات الكبرى المطلوبة.
إلا أنّ بصمات الانتفاضة، ولو بهتت أحيانًا، لن يُمحى أثرها عن جمهور المدينة!

*****
[نُشرت هذه البطاقة في أطار بطاقات لبنانية من كل المناطق في مؤسسة كارنيجي (ديوان)]

Friday, 7 August 2020

WALZER ET LA JUSTICE DANS LE POLITIQUE





Michael Walzer, Astrid Von Busekist: Penser la justice, Entretiens, Traduit de l’anglais, Albin Michel, itinéraires du savoir, 2020, 368pp.

          Les contributions de l’américain Michael Walzer et du canadien Charles Taylor à la théorie politique ont beaucoup enrichi les débats philosophiques, éthiques et culturels des dernières décennies du XXème siècle mais demeurent insuffisamment connues dans la richesse de leurs détails et ramifications. La parution du long dialogue entre le premier et Astrid von Busekist, professeure de théorie politique à Science-Po Paris, offre une occasion de cerner d’abord l’homme Walzer (né en 1935), ensuite une œuvre complexe qui ne s’est pas seulement élaborée dans les livres majeurs, mais dans une multitude d’articles, de polémiques et de combats.


Charles Taylor

          L’érudition de l’interlocutrice –traductrice est sans failles, ses notes instructives et complètes, ses interrogations pertinentes, sa patience infinie. On peut seulement regretter que les questions soient parfois plus longues que les réponses, que certaines voies du plan aillent du secondaire au principal, que des points importants de la doctrine n’aient pas été suffisamment développés…Mais le bilan de l’ouvrage est largement positif et ce long dialogue ne nous fait pas seulement mieux connaître l’itinéraire du penseur, les concepts majeurs de sa pensée et certaines de leurs incidences, mais esquisse une histoire détaillée de la vie politique et culturelle aux Etats Unis depuis les années 1950.
          Busekist résume ainsi son interlocuteur : « intellectuel juif, américain mais universel ». L’appartenance juive de Walzer est affirmée et distanciée à la fois. Il l’expose dans son ascendance, sa vie, sa carrière qui commence à Brandeis « université juive » avant de le conduire à Harvard et à Princeton. Son nom reste associé à Dissent, « magazine juif » où confluent le mouvement des droits civiques et la lutte contre la guerre du Vietnam ; il le rejoint en 1954  peu après sa fondation et en est coéditeur pendant 30 ans. L’évoquant,  il brosse un tableau nuancé de l’unité de style de ses rédacteurs faite surtout d’ «utopisme sceptique » et d’ «ironie juive ». Si l’identité première de Walzer ne pose pas problème et se révèle même enrichissante dans sa tentative de déduire des prophètes bibliques une éthique de la justice, son sionisme précoce, continuel ne peut qu’indigner un arabe attaché aux droits des habitants originels de la Palestine. Walzer est contre l’annexion de la Cisjordanie,  pour un Etat palestinien indépendant. Sa pensée le pousse à toujours défendre les civils contre les militaires dans leurs pratiques agressives. Mais d’opposer la guerre du Vietnam comme guerre américaine injuste à la guerre des six jours comme guerre israélienne juste  (Guerres justes et injustes, 1977) et bien des débats sur l’utilisation des drones ne peuvent que susciter malaise,  résistance et refus.




John Rawls 

          En affichant sa méthodologie, Walzer fait preuve de sincérité, d’honnêteté,  de courage. Il ne se dit pas philosophe, avoue ne pas être  «un penseur systématique ». Son « engagement de chercheur »  prolonge son « engagement politique » : un « libéral de gauche » ou un « nationaliste libéral »  porté pour l’égalité dans les sociétés et pour leurs droits au milieu des nations. Aucun de ses livres n’est de « haute théorie », sa conceptualisation sociale se fonde plus « sur un travail empirique » que sur des spéculations « du type Hegel-Locke ». Il n’a pas lu la Critique de Kant, n’a fait que « batailler » (ironiquement) avec la Phénoménologie de Hegel. Sa démonstration ne recherche pas un fondement de l’éthique. Elle repose sur l’idée de « vulnérabilité humaine » : ne pas agresser, ne pas tuer de civils, ne pas torturer. Quant à son anglais, il est fidèle aux enseignements d’Orwell :   «Ecrire dans une prose accessible à l’homme moderne ».
          La théorie politique et morale de Walzer se distingue des courants philosophiques prégnants dans la deuxième moitié du XXe siècle. A la différence de John Rawls (Théorie de la Justice, 1971) dont il partage la volonté de produire une philosophie engagée, mais dont la démarche est analytique, constructiviste, universaliste, Walzer essaie de comprendre le fonctionnement des sociétés, de prendre des exemples historiques et non hypothétiques, d’être plus « interprète » qu’ «inventeur ». Lors de la parution de Sphères de justice, Une défense du pluralisme et de l’égalité (1983), les rawlsiens le considèrent comme un apostat. La philosophie « postmoderne » française lui demeure étrangère : chez Foucault, l’appel à la « résistance » de chaque micro-point du système disciplinaire aboutit, selon lui, à une « profonde irresponsabilité » et interdit une politique de gauche. L’opposition de Foucault à l’Etat libéral et démocratique et à la protection de l’Etat-providence creuse entre les 2 penseurs un fossé insurmontable. Si on retrouve enfin entre lui et les partisans de Leo Strauss (1899-1973) certaines affinités philosophiques (critique du relativisme moral et de la dissociation entre éthique et politique, marques de la modernité), leur conservatisme, leur élitisme et la place qu’ils réservent aux Anciens l’en séparent. 


LEO STRAUSS
Contrairement à l’Ecole de Francfort dont il aime certains écrits, il pense que la critique sociale ne requiert pas une Théorie critique. Il admire Charles Taylor (Sources of the self, 1989) et pense comme lui que la société libérale ne vit pas seulement de besoins et d’intérêts, mais commande un ensemble de croyances communes ou largement partagées.

AXEL HONNETH (Francfort): Desaccord
cordial mais profond

          Walzer insiste sur l’appartenance à la communauté politique comme « bien social » et la considère comme bien premier qu’il s’agit de distribuer de manière équitable. Elle est toujours déjà-là et ne dépend pas pas d’un choix. Sur ce soubassement, il développe trois idées : elle est la condition même de l’existence d’une communauté politique ; le territoire est l’abri ou le « refuge » de la communauté ; la justice sociale n’est possible qu’au sein d’une communauté de valeurs et de significations partagées.  A partir de ce noyau se pose une multitude de problèmes. Celui des frontières d’abord. Elles sont indispensables pour protéger la culture partagée par la communauté nationale : « Vous ne pouvez avoir de social-démocratie ou d’Etat-providence sans frontières ». Mais elles doivent être justes ou tendre à l’être. Par ailleurs, la générosité doit prévaloir dans l’accord de l’appartenance à ses demandeurs ensuite (immigrés).

          Les idées résumées plus haut ne suffisent pas à faire connaître la pensée de Walzer. Encore moins à montrer son utilité pour nos sociétés. Mais on pressent sa dimension universaliste et son aptitude à éclairer.          

Thursday, 2 July 2020

LES PARADOXES D'AMINE GEMAYEL





Amine Gemayel: Arri’âssa almuqâwima , Mudhakkirâtt (Le mandat résistant, Mémoires), Manchourâtt Bayt alMustaqbal, 2020, 432pp.

          En choisissant de qualifier son mandat présidentiel (1982-1988) de résistant, Amine Gemayel lui donne un sens et une unité. Ce que les Libanais ont vécu comme une suite de péripéties violentes, de tentatives inabouties, de partitions miliciennes, de rampante hégémonie syrienne, au milieu de rumeurs et de suspicions continues retrouve une ligne directrice et peut même se prévaloir d’un but atteint, la capitulation zéro. Il faut aussi reconnaître que ce titre remet sur le tapis une résistance qu’une autre tente d’occulter. Celle-là garde son importance historique, conserve son actualité et ses exigences, est menée pour l’indépendance nationale au milieu du sang et des larmes. Des années 1980 date l’adage : Israël est l’ennemi de l’unité du Liban, la Syrie de sa souveraineté.
          Ces Mémoires débordent le mandat en amont comme en aval. Ils remontent au début de l’itinéraire politique (la députation de 1970), retrouvent l’arbre généalogique des Gemayel, les études collégiennes et les voyages, s’appesantissent sur les débuts de la guerre libanaise de 1975-1976 et les événements du Matn, région dont Amine était directement responsable (Tall Zaatar, Nabaa, Dekouaneh…) S’il est évident qu’on ne peut traiter du mandat présidentiel sans ses antécédents déterminants, la présentation historique, toujours digne, repolit trop l’image politique (alors que la famille et Cheikh Pierre ont suffisamment de lettres de noblesse pour ne pas en rajouter), efface adversités et adversaires (d’Antoun Saadé à Raymond Eddé), donne une image idéalisée des Phalanges. De même, le livre couvre la période ultérieure, les persécutions et le retour au Liban, le martyre de Pierre, la disponibilité politique et culturelle toujours présentes, en permanence nourries d’énergie.
          Le destin d’Amine Gemayel fut éminemment tragique : il hérita de 3 deuils, son oncle maternel Maurice, visionnaire d’envergure internationale, mort à 60 ans en pleine séance parlementaire, son frère Bachir élu président et assassiné peu de jours avant son accession au pouvoir national, son père fondateur du parti Kataëb (1936) mort durant son propre mandat. La fatalité ne l’épargna pas après 2005 et le départ des troupes syriennes : Pierre, fils aîné, démocratiquement élu député,  ministre créatif de l’industrie est l’objet d’un attentat meurtrier (21/11/2006). Curieusement ce profil indéniable ne prend jamais le dessus, reste implicite sous l’activité débordante, la vigueur permanente, le réseau d’amitiés nationales et internationales, l’endurance du résistant combattant. Jouant dès avant sa présidence le rôle du modéré, courageux dans les contacts avec ses adversaires, averti de l’équilibre des forces dans le pays et la région, connaissant la place des media dans la modernité,  il ne cesse de s’affirmer homme de dialogue. Mais cette ligne de conduite est menée à partir d’une triple loyauté : la famille, le parti, le destin personnel. Pour un politique maronite, ces eaux se fondent et se confondent avec l’appartenance communautaire et la défense des intérêts de l’Etat et du pays.
          A l’aube du mandat Gemayel, une page semble tournée et le Liban se retrouve au milieu de grands espoirs et d’innombrables difficultés. L’Etat est promis à retrouver ses prérogatives, les citoyens rêvent de paix, d’égalité et d’indépendance. Le départ des combattants palestiniens et un appui international incarné par la présence d’une Force Multinationale paraissent leur donner une nouvelle chance. Mais une large partie du territoire est occupée par Israël et, rétractée, la présence syrienne demeure importante. La situation internationale et régionale est en pleine mutation suite au traité de paix israélo-égyptien (26/3/ 1979), à la révolution iranienne et au nouveau rôle dévolu à la Syrie d’Assad. L’auteur analyse de manière détaillée l’imbrication des interférences extérieures avec les événements internes et surmonte le débat sur la nature des guerres du Liban, civiles ou champ de batailles entre régimes et Etats.
          Outre l’insatisfaction des communautés souvent prêtes à trouver des appuis à l’étranger, un obstacle majeur à l’action du nouveau président, dont l’élection bénéficia d’un large consensus, fut l’héritage milicien de son frère assassiné, chef incontesté des Forces libanaises. Amine brosse de Bachir un portrait perpétuellement élogieux,  défend sa politique de 1982 comme un ralliement à la sienne (p 67), le montre face à Ariel Sharon « imbu d’un patriotisme exigeant ». Il aurait tout fait pour empêcher les massacres de Sabra et Chatila, avait par avance refusé la pénétration de ses troupes dans les camps palestiniens. Sans vouloir contester ce qui précède ou entrer dans les détails, on peut affirmer que la bonne réputation d’Amine passait par les différends fraternels. Une fois le frère aîné au pouvoir, la milice chrétienne ne pouvait accepter de lui ce qu’elle aurait accepté de leur chef. D’où rebellions, combats internes, obstruction, nouvelles alliances… Amine pouvait-il atteindre ses buts face à des ennemis puissants et déterminés sans avoir les moyens de sa politique ?


          Les Mémoires d’Amine Gemayel sont riches et souvent appuyés sur des procès verbaux et des archives personnelles. On y puise bien des éclairages nouveaux sur les événements relatés. Mais il ne saurait être ici question des péripéties ou d’en débattre. On ne peut cependant que se référer à cette figure de Janus de l’ex président : homme de dialogue et personne têtue (‘anîd), modéré et combattant résistant. Elle explique ses infortunes et ses succès.              

Sunday, 7 June 2020

15 ANS APRES, SAMIR KASSIR ET LA MEURTRISSURE








Quinze ans sont passés depuis l’assassinat lâche et barbare d’un homme d’intelligence et de dialogue, le 2 juin 2005, SAMIR KASSIR.

La grandeur de ce militant, journaliste et historien,  qui n’avait que 45 ans à sa mort,  était de relier théorie et action, d’être créatif et bucheur dans la première,  pragmatique dans la seconde ; de tenter de réconcilier  révolution sociale et pesanteurs traditionnelles ; de surmonter les susceptibilités nées des formations étatiques et d’aller au delà des blessures réciproques. De racines familiales palestinienne et syrienne, il s’ancra de plus en plus dans les problèmes libanais, puisant dans les avis de ses meilleurs amis et les poussant plus loin. Son regard panoptique sur les dilemmes proche orientaux dota ce polémiste acerbe d’une générosité et d’une profondeur sans égales en ces domaines.
Sur la plupart des questions importantes, ses opinions renversaient les perspectives courantes et faisaient preuve d’un double courage, spéculatif et politique. Toutes ces qualités dessinent en creux la meurtrissure indélébile de son absence.
Hommage est du à cet ami qui n’aurait que 60 ans aujourd’hui !   


Thursday, 4 June 2020

SALAH STETIE : RESPIRATION SINGULIERE, ŒUVRE SOMPTUEUSE







             Avec la disparition de Salah Stétié (1929-2020) le Liban et la France perdent un grand poète, un écrivain somptueux issu de leur confluence et qui a su enrichir et approfondir le patrimoine des deux pays. Illustrateur magique des paysages et héritages libanais, innovateur de la poésie française, critique avisé et ami des plus grands, témoin complice et ironique des vies culturelles, il a su incarner au-delà du dialogue des cultures, la Méditerranée elle-même, la sillonnant de l’Orient à l’Occident, d’Ur à Homère et d’Ibn al-Faridh au Cimetière marin, plus loin que les rivages et les dates, aux dunes et aux sources. Ses dernières années, ses derniers mois, sur lesquels Vénus Khoury Ghata[1] a levé une partie du voile, furent assombris, bien qu’il ait résisté longuement et stoïquement  à une leucémie apprivoisée par sa poésie. Ainsi aura-t-il été jusqu’au bout un homme de son temps, le nôtre qui lui doit amplement.
          Nous sommes encore trop proches d’un auteur qui n’a cessé de produire plus de 50 ans durant, d’annexer de nouvelles scènes culturelles.  Les traits soulignés sont loin d’être les seuls. Stétié fut souvent appelé à évoquer sa « courbe de vie », expression qu’il emprunte à l’un de ses maîtres, le « cheikh admirable » Louis Massignon[2]. Il le fit avec charme et justesse (Sauf erreur, Fils de la parole, L’Extravagance). Son œuvre donna naissance aux plus savantes exégèses. Les jeunes artistes le sollicitaient pour des textes accompagnant leurs créations ; il le faisait avec brio dessinant de nouveaux destins…
          Ce que nous allons tenter, c’est de tracer un itinéraire, ni le seul possible, ni le plus probant. Il a le mérite de partir de Beyrouth, de la francophonie libanaise dont Stétié fut le défenseur et l’illustrateur, de joindre les fondateurs à deux époques de L’Orient littéraire[3], de lier et de voir se bifurquer deux authentiques chemins poétiques. Affirmant que son premier dialogue intérieur fut avec Schehadé (1905-1989), Stétié rapporte que, le rencontrant chez Gallimard lors des corrections des épreuves de son premier recueil L’Eau froide gardée (1973), il lui avoue : « J’écris contre vous, malgré ma profonde admiration ; je dois vous assassiner pour avoir ma place ; le combat du père et du fils n’est exclusif d’aucun domaine.»[4] Il est impossible pour quiconque de répéter Schehadé, de retrouver cet enchantement ouvert et cette facilité limpide ; dans Les Porteurs de feu (1972), Stétié évoque « la simplicité merveilleuse » de son aîné et son être « en confiance avec le langage », atouts uniques.
          Les deux poètes ont eu, tout comme l’Egyptien Edmond Jabès, un même « maître sûr » malgré ses incertitudes, Gabriel Bounoure (1886-1969). Le conseiller culturel français[5] les a rencontrés l’un après l’autre à Beyrouth avant leurs vingt ans. A lui Georges[6] doit d’être passé d’un « sylphe » et  « farfadet »[7] à un poète majeur qui lui préservait sa « fraîcheur » (son terme favori avec « absolu »). Son influence de maître, « au sens socratique du terme », consistait à pousser les initiés à être eux-mêmes et à ne marcher que  sur le chemin risqué et capital des « plus purs », les grands de l’époque. Son intuition « pénètre dans l’œuvre d’autrui avec une sorte d’humilité féminine induite par l’excès des pouvoirs sensitifs et affectifs, imaginatifs aussi bien, qu’il met au service de l’œuvre interrogée et qui, de son côté, l’interroge. » C’est dire son rang, apprécier la perpétuelle gratitude de Stétié à son égard,  reconnaître en lui le « fondateur »[8]  de la francophonie libanaise, « parcelle précieuse de la francophonie universelle. »
          Le critique, grand poète en creux, confie un Stétié de 20 ans à un vrai poète, Pierre Jean Jouve[9]. Il le fréquente plus de 30 ans[10], affirme que l’auteur de Sueur de sang « a magnifiquement réussi et mieux que n’importe quel autre poète de son temps » à tirer de la substance noire du vécu une profondeur grave et radieuse. Jouve est son « inspirateur », il le confirme dans sa sensualité, dans la reconnaissance de la splendeur du corps, dans l’assomption des pulsions les plus noires en vue de la création poétique. La sensualité d’un bord, la spiritualité de l’autre, l’intercession continuelle de Mozart entre les deux, « référence au cœur même de la langue à ce qui fait silence dans la langue », médiation allant au-delà de l’image et des surréalistes « imagiers ».



Pierre Jean Jouve en son "atelier"

          Malgré une lignée de « sources » poétiques partagées (Nerval, Baudelaire, Rimbaud, Mallarmé),  la convergence avec Jouve s’interrompt en divergence. Stétié ne partage pas l’idée chrétienne de culpabilité, l’islam l’a écartée. On peut la repérer chez quelque soufi, mais « la douleur du désir », présente dans les recueils de Stétié, se légitime par « l’arrière-fond de mort » et la pulsion spéculée dans la dernière topique freudienne[11]. Chez lui, pas de poème idyllique ou enchanté, et on est loin du vers de Schehadé « la mort est une fleur de la pensée ».
          A propos de Jouve, Stétié parle d’une « très singulière respiration, entre aise et malaise ». Rien ne le caractérise mieux lui-même, rien ne sous-tend plus sa poésie dense, alliant le sensuel, le terrible et le spirituel, exaltant le désir et la femme, pointant la déchirure, le désespoir, la disparition. A la source de cette respiration vitale et créatrice un arrière fond théologique, ontologique, mystique : « D’ailleurs le mot Allah lui-même – Allahou, le hou, le h – n’est-il pas au point de la respiration, le souffle, ce souffle qui, à l’ensemble des créatures, fut pour qu’elles fussent, insufflé ? »
          Cette respiration se donne ses moyens, pour ne pas dire sa rhétorique : la répétition, le redoublement (Le cri du cri), la négation (de non mourir étant mourir), l’opposition pléonastique (dormant endormi)…Elle bouscule la ponctuation, utilise le tiret, la barre oblique (/), réinvente les deux points (:), fait appel aux blancs, replis, vides…Ses haltes, reprises, silences…régentent le lecteur et exposent le poète.   

C’est dans ses derniers recueils[12], L’Eté du grand nuage (2016),  Le Mendiant aux mains de neige(2018) que Stétié se retrouve le plus schehadien sans renoncer à être soi même, sans renier son itinéraire :
Je suis ô mon amour la maison qui te reste
Ses tuiles de pigeons azurées par les songes
Et la maison par ses carreaux mange les astres
 Là il est coulant, simple, léger, accessible, avec des mots plus crus, une sensualité plus nette, des visions alternées et assombries, une culture étoffée, un cosmopolitisme religieux, une pensée impérieuse… 







[1] In L’Orient Le Jour, mai 2020.
[2] Massignon, orientaliste et mystique (1883-1962) occupa la chaire de sociolologie et de sociographie musulmanes au Collège de France (1926-1954) et fut directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes. Il fut l’un des principaux maîtres et amis de Stétié. 
[3] Schehadé fonda pour une très courte période L’Orient littéraire en 1929 ;  Stétié le reprit en 1955 pour de nombreuses années.
[4] Stétié la rapporte dans L’Extravagance 2014. Une version légèrement différente  avait été donnée au journaliste Iskandar Habache, As Safîr 2006. Nous avons tenu compte des 2 versions.
[5] Bounoure a été au Liban et en Syrie de 1923 à 1952. D’abord auprès du Haut-commissariat e et après l’indépendance auprès de l’ambassade de France. Il créé l’Ecole Supérieure des Lettres en 1945 et l’a dirigée avec Schehadé comme secrétaire général. On trouve le beau témoignage de Stétié le concernant in En un lieu de brulure (Laffont, Bouquins, 2009, pp 928-946)
[6] Georges pour Schehadé et Gérard pour Nerval sont les seuls prénoms usités.
[7] Schehadé renia tous ses écrits d’avant Poésies  (GLM, 1938) particulièrement son recueil Etincelles (Editions de la pensée latine, 1927). N’en réchappèrent que les textes de L’Ecolier Sultan (1928) et Rodogune Sinne (1929) publiés chez GLM en 1947 et 1950.  
[8] De la francophonie post-phénicianiste, celle de l’entre deux guerres. 
[9] Stétié est devenu une référence obligée sur Jouve. Cf. Les cahiers Obsidiane, autour de stétié, Portrait de Jouve, pp 101-103 et En un lieu…(pp 919-927).   
[10] Ce que Stétié ne rapporte pas dans ses écrits, et qu’il me confia un jour, c’est qu’un froid enveloppa la relation durant les dernières années de Jouve et les visites à la rue Antoine-Chantin cessèrent, probablement en raison de l’extrême susceptibilité du poète français. Mais à l’enterrement de Blanche Reverchon, seconde femme de Jouve (janvier 1974), au cimetière de Montparnasse,  les embrassades furent chaleureuses entre les 2 poètes. Jouve mourut peu après en 1976.
[11] La seconde topique freudienne (ça, moi, surmoi) fut présentée comme les 2 pulsions de vie et de mort, Eros et Thanatos dans Au-delà du principe du plaisir (1920). Freud affirmait ces 2 pulsions comme une « spéculation ». Grâce à Blanche, psychanalyste, traductrice et amie de Freud, la théorie freudienne était familière au poète et à ses amis.   
[12] Fata Morgana. 

Thursday, 7 May 2020

SCHOPENHAUER, L’ATTRAIT DU DESESPOIR







Arthur Schopenhauer: Parerga et paralipomena, Edition établie et présentée par Didier Raymond, Bouquins Robert Laffont, 2020, 1088pp.


          Je dédie ce texte à la mémoire du professeur Henri Birault dont les cours magistraux à la Sorbonne dans les années 1969-1972 parlaient si justement de Nietzsche et de Schopenhauer et opposaient à merveille le pessimisme de ce dernier à l’optimisme de Leibnitz tout en montrant la parenté des deux pensées. La philosophie de Nietzsche serait « une monadologie délirante ».

  
          En 1851, paraît en 2 volumes l’ouvrage d’Arthur Schopenhauer (1788 - 1860) Parerga et paralipomena. Le titre réunit des termes grecs peu usités, et qu’on peut traduire par « Accessoires et Restes » ou, plus simplement par « Suppléments et omissions ». Il n’empêche pas le succès du livre et met fin à la traversée du désert de l’auteur dont l’opus majeur Le Monde comme volonté et comme représentation (1819) a été accueilli avec indifférence[1]. A l’époque, Hegel est le penseur officiel de l’Allemagne. Schopenhauer qui estime que son système est « une forme de verbiage particulièrement néfaste »  se rend à Berlin en 1820 pour le défier et place ses cours aux mêmes heures; l’échec est affligeant et se répète en 1827. Cela l’incite à rompre tout lien avec le monde enseignant et à critiquer violemment dans un pamphlet La philosophie universitaire, ce dont elle lui tiendra compte. Il s’éloigne, à l’instar de Kant de toute vie sociale, connaît des déboires amoureux et publie jusqu’en 1850 un ensemble d’ouvrages remplis d’amertume et de rancœur ; ils forment l’essentiel des Parerga… et lui assurent la reconnaissance. Le livre  accueille sa théorie du pessimisme et sa métaphysique du beau ; il réunit des  textes sur le penser par soi même, les écrivains et le style, la lecture et les livres, la religion, le christianisme, le suicide, l’histoire de la philosophie, Ethique, droit et politique, l’éducation …Les contributions ont leur pertinence et leur originalité. Elles sont liées par des fils ténus et se nourrissent de sa philosophie. La somme  ne reformule pas de manière autre sa pensée, mais lui ajoute et en dessine de nouveaux prolongements.
          La première et suffisante règle d’un bon  style est d’avoir quelque chose à dire (Nietzsche met le sien au rang de celui de Goethe et de Lessing et affirme qu’il sait « émouvoir sans rhétorique »). Schopenhauer (si cultivé et maître de l’insertion de ses citations, selon Proust) est contre les textes indigestes, l’érudition boulimique, la recherche effrénée de références livresques : la lecture dépossède de la réflexion spontanée et personnelle. La femme n’est pas faite pour être heureux, elle est un piège de la nature pour la  reproduction ;  ruineuse par les dépenses et pertes de temps, elle devient laide et acariâtre avec l’âge. D’où le plaidoyer pour le célibat : l’homme, un être incapable d’amitié,  est une catastrophe qui doit s’assumer seul. La misogynie prolonge un pessimisme radical. L’insupportable est le malheur d’être né : « la vie est une affaire qui ne couvre pas ses frais » et rien ne peut racheter la somme des souffrances, des frustrations qui pèsent sur la totalité d’une existence. Le bonheur est une valeur négative, il s’identifie avec l’absence de souffrance. Didier Raymond écrit : « Rarement une philosophie aura créé autant de plaisir en décrivant autant de malheurs, en conférant enfin une certitude philosophique au sentiment de désespérance, d’extrême lassitude de l’existence.»
          Pour ne pas disséminer la pensée de Schopenhauer en un ensemble d’opinions originales reprises et célébrées par des écrivains et artistes (de Wagner à Charlie Chaplin, de Proust à Kafka…), il faut les enraciner au cœur même de sa réflexion exposée dans Le Monde comme volonté et comme représentation  écrit à 31 ans. Il faut d’emblée dire qu’il ne s’agit pas, comme certains ont voulu l’amoindrir[2], d’une Weltanschauung  (Vision du monde), mais d’une philosophie au sens fort du terme: radicale, totalisante, vigoureusement argumentée.  Nietzsche n’a fait que la reprendre en renversant « dans le sens affirmatif toutes les problématiques ascétiques, pessimistes et négatrices de Schopenhauer. Le dionysiaque, c’est le tragique schopenhauerien transmué en affirmation et belle humeur. » (E. Blondel)[3]
Schopenhauer cherche à recueillir les fruits de la Critique de la raison pure de Kant. L’ouvrage porte un coup fatal à la métaphysique allemande,  interdit tout rapport à la transcendance et rend caduque toute tentative de l’idéalisme postérieur (fichtéen, schellingien et hégélien) à retrouver l’absolu. Schopenhauer rassemble, sous le nom de principe de raison suffisante, les a priori kantiens (l’espace et le temps, la causalité, les formes logiques du raisonnement, la causalité de la volonté) mais s’écarte du maître en proclamant la supériorité de l’intuition sur le concept et en identifiant la chose en soi avec le vouloir-vivre. Ainsi au-delà de la représentation soumise au principe de raison, la chose en soi reste accessible  non comme un double du phénomène mais dans l’expérience étendue à toute la vie affective, au corps saisi subjectivement. A la dualité de l’esprit et du corps, le philosophe substitue celle de la volonté et de la représentation. Le monde entier est pensé comme volonté; elle est présente dès les minéraux et chez les animaux, mais avec l’homme, le raisonnement et le langage, elle se double d’un intellect à son service. Outre la source kantienne, Schopenhauer s’est nourri de la physiologie de son époque et retient pour la vie la définition de Bichat : « l’ensemble des forces qui résistent à la mort ». « La vie, le vouloir, la chose en soi ne font qu’un, et l’individu n’en est que la manifestation », note Raymond. La volonté est une force dépourvue de but et privée de sens, basculant de la souffrance à l’ennui ; elle s’objective au plus haut point dans l’homme, conformément au principe d’individuation, en particulier en son trait le plus constant, l’égoïsme qui n’assume que la réalité du moi, annule autrui, est à l’origine des maux.
Cette philosophie n’est ni une ‘destruction de la raison’(Lukacs), ni un romantisme ‘morbide’ (B. Croce). Elle donne naissance à une morale et à une esthétique. La première est faite d’ascèse, de renonciation, de pitié: ne pas transmettre la vie; abandonner la tromperie du bonheur; être juste et ne point léser; compatir pour s’arracher à soi, refuser le ressentiment et la haine issus du vouloir-vivre. Plus proche des religions de l’Inde que des eschatologies monothéistes, Schopenhauer ne conçoit la délivrance que dans la négation du vouloir-vivre par lui même. Le moi seul est apte à abolir le moi, la volonté ne se manifestant que dans l’individu et n’étant entière qu’en lui. Il ne s’agit pas de la détruire une substance mais d’accomplir un acte : « ce qui jusqu’ici a voulu ne veut plus. »
Le rapport à l’œuvre d’art est plus qu’un plaisir,  un mode de connaissance intuitif qui libère des obligations du vouloir-vivre et surpasse les concepts. L’art arrache son objet au flux des choses, le rend « un équivalent du tout », saisit ce qui est « infiniment multiple dans le temps et l’espace, s’attache à cette chose singulière ; il arrête la roue du temps ; les relations disparaissent pour lui : l’essentiel, l’Idée, est son seul objet. » Nous voilà plus proches de Platon que de Kant, un Platon quelque peu distordu. Par ses références, par ses influences[4], par sa teneur,  l’esthétique de Schopenhauer mérite d’amples développements.    
      


     
        

 



[1] Goethe et Jean Paul furent les seuls à dire leur admiration.
[2] Des épigones de Heidegger.
[3] In Dictionnaire Nietzsche, Dr. Dorian Astor, Bouquins Robert Laffont, 2017. C’est Schopenhauer qui a arraché Nietzsche à la voie de la philologie pour l’engager dans celle de la philosophie et il semble que ce dernier n’ait connu les philosophes que par le premier, le seul qu’il ait véritablement lu.  
[4] Il est curieux de noter que Wagner qui a fait plus que tout autre pour la réputation de Schopenhauer ne l’a fait qu’au prix de deux méprises : « rien n’est aussi contraire à l’esprit de Schopenhauer que ce qu’il y a de proprement wagnérien chez les héros de Wagner : j’entends l’innocence de la suprême avidité de soi, la croyance à la grande passion comme étant le Bien en soi, en un mot le caractère siegfriedien dans la physionomie de ses héros.» (Nietzsche, Le Gai savoir) ; Schopenhauer n’aime pas la musique de Wagner à qui il conseille de renoncer à composer et de rester poète et demeure fidèle à  Mozart et Rossini. En peinture, sa préférence va à Raphael.