Saturday, 25 May 2013

MIREILLE KASSAR, LA LIMITE ET L'ILLIMITÉ










LA Conférence des oiseaux, Galerie Agial, mai 2013

Dans la mesure où elle est valeur positive, la modernité dans l’art n’est pas d’innover, mais d’interroger, de s’interroger sur ce qui constitue la substance de ce faire qui ne cessera dans son aboutissement de fuir. D’échapper. Aux amateurs, aux partisans de bouclages comme à l’artiste lui même. Elle est dans la recherche de sa propre limite et dans le sabordage de soi aux franges de l’illimité.
    L’œuvre de Mireille Kassar dans son actuel épanouissement (terme O combien paradoxal pour des actes aussi franchement dépouillés) est toute dans l’accueil du péril en la demeure. La forme se dilue dans la matière et la matière est mutine dans sa docilité. Mais voici que le fond se structure en lignes fugitives et en bris et débris de choses ou de membres en naufrage. Les couleurs sont si diminuées qu’on semble assister aux efforts de la lumière pour naître.

    Elle se manifeste finalement, la belle et douce clarté,  et avec elle une peinture exigeante qui s’exalte de tenter sa rudimentaire essence.

  *Les termes de limite et d’illimité (apeiron)sont employés dans le sens que leur donne Platon dans le Philèbe : la première est principe de loi et d’ordre, le second d’indétermination et de chaos. Ces 2 catégories, auxquelles il ajoute le mixte et la cause, valent dans les domaines éthique, esthétique et gnoséologique.    

No comments: